You are currently viewing Pourquoi Devenir Groom?

Pourquoi Devenir Groom?

  • Post category:Divers
  • Temps de lecture :10 min de lecture

Dans une écurie, le groom est celui chargé de s’occuper des chevaux et de nettoyer les écuries. En français, on utilise également le terme de palefrenier ou palefrenier soigneur. En fonction de la dimension des écuries, du nombre de chevaux, du nombre d’employés et du nombre de tâches à effectuer, le palefrenier, ou groom, va parfois uniquement s’occuper des soins aux chevaux, à la maison et en concours. Cependant, dans de plus petites infrastructures, le palefrenier va parfois être amené à s’occuper davantage des écuries, comme l’entretien des pistes et la réparation des clôtures, en plus du nettoyage des boxes.

Tu t’intéresses au métier de groom professionnel? Entre Cavaliers a retranscrit pour toi dans cet article les sages paroles de Marie, groom professionnelle reconnue et appréciée pendant de nombreuses années.

Tu DOIS le faire

Marie D.

Tu DOIS le faire. Je dis cela car j’ai été une groom professionnelle pendant des années et quand je regarde en arrière, cela a été la meilleure des manière d’apprendre à devenir un véritable homme de cheval. Dans mon cas, une femme de cheval!

Groom, le spécialiste du cheval

Dans le monde de l’équitation, les grooms sont les seuls qui doivent connaître tout sur tout. Il faut être spécialiste pour tout ce qui touche le cheval. Nous en savons des tonnes à propos des soins vétérinaires, des ferrures, du matériel, du dressage du cheval, de la manipulation des chevaux, des compléments alimentaires, de la qualité du foin, de l’entretien des pistes, du montage des obstacles, de la conduite d’un poids lourd, et principalement, des soins aux chevaux (ou grooming!). La plupart des autres métiers dans le milieu du cheval sont beaucoup plus spécifiques.

Être un groom professionnel te permet d’apprendre tout ce que tu veux de ces spécialistes (vétérinaire, maréchal ferrant, cavalier, nutritionniste équin, ostéopathe, etc…), comme tu es en permanence à leur contact.

Être groom est vraiment un travail difficile. Pour ma part, une journée typique comme groom faisait entre 11 et 12 heures de travail par jour. Et cela 6 jours par semaine. C’était même parfois plus, en fonction des horaires des concours, des rendez-vous tardifs des clients ou des propriétaires, ou bien d’un cheval en colique. Les départs à l’aube ou les transports de nuit sont bien plus fréquents que l’on ne le souhaiterait!

Je commençais à 6 heures tous les matins par donner le foin et nourrir les chevaux. Ensuite mettre les chevaux dans le marcheur et nettoyer les boxes pendant qu’ils marchent. Entre-temps, j’enlevais les bandages, je changeais les couvertures, vérifiais la température des chevaux. En fonction de l’heure à laquelle arrivait mon cavalier, certains chevaux avaient le temps d’aller au paddock ou en prairie, ou parfois en liberté dans le manège.

abonnement entre cavaliers

Puis vient le moment d’être groom, ou de « groomer ». C’est à dire : panser les chevaux, les seller, les desseller, les faire marcher, les doucher, refroidir les membres, nettoyer les pistes, changer les paddocks, nettoyer le matériel, tu vois bien de quoi je parle. En général, les chevaux sont sortis au moins deux à trois fois par jour de leur boxe. Ils vont dans le marcheur, ils peuvent être montés, longés, sortis en ballade, aller au paddock ou en prairie, ou bien juste marcher en main. A la pause déjeuner, tous les chevaux sont déjà sortis au moins une, voire deux, fois de leur boxe.

Cela se répète l’après-midi, on prépare, on lave, on aide, on nettoie. On fait briller les chevaux pour un rendez-vous avec des clients ou les propriétaires. Il faut aussi aider le maréchal avec un jeune cheval sensible, puis assister le vétérinaire avec un autre. On est toujours occupé. Tu dois être capable de planifier à l’avance et de t’adapter rapidement lorsque quelque chose de nouveau arrive. Tu vas apprendre l’art de ne jamais te déplacer quelque part avec les mains vides et tu vas apprendre à supporter la chaleur ou le froid.

Souvenirs de groom

Tu ne sens jamais bon, tu n’es jamais propre et certains matins tu te réveilleras sans pouvoir bouger un seul muscle car la veille tu as passé des heures à charger un camion de foin. Des ongles propres vont te faire croire que tu viens d’avoir une manucure alors qu’en fait tu as utilisé une brosse pour sabots et le tuyau de douche pour te laver les mains. Tu ne te soucieras plus des fois où tu es mal coiffé, tu ne seras JAMAIS bien coiffé. C’est pourquoi une casquette sera ta nouvelle meilleure amie.

Tu es excité et enthousiaste de partir en concours, mais après avoir travaillé 17 heures d’affilé le premier jour, tu as seulement envie de pleurer. Ce n’est pas juste un travail éprouvant physiquement, c’est aussi parfois difficile émotionnellement. Tu vas devenir impliqué et attaché aux chevaux, aux propriétaires, aux cavaliers, aux autres grooms. C’est comme une nouvelle famille.

Mais cela change – les propriétaires changent d’écurie, des chevaux vont se blesser ou partir à la retraite, les copains groom vont faire autre chose. Des chevaux naissent, des chevaux sont achetés puis revendus, certains nous quittent prématurément. Tout cela va te toucher très profondément. Tu seras extrêmement ému, aussi stoïque que tu peux être. C’est la partie la plus difficile du métier de groom.

Bien sûr tu vas aussi vivre des moments géniaux et inoubliables. Les meilleurs cavaliers du monde peuvent t’emmener faire le tour du monde en compétitions. Coupe du monde, Global Champions Tour, Championnats continentaux, Jeux Olympiques, ça te dit..?

groom professionnel

Même une toute petite chose, comme une casquette ou un t-shirt d’un de tes sponsors va te tendre super heureux (comme si tu avais le temps d’aller faire du shopping…). Le plus gros avantage du métier de groom est peut-être celui que tu vas créer toi même : les connaissances, le savoir-faire, les expériences.

Passe la plupart de ton temps à observer et à poser des questions. Rapproche toi des vétérinaires, du maréchal ferrant, de toutes les personnes de l’équipe et demande leurs leurs avis, leurs opinions, la raison pourquoi ils font cela. Apprends tout simplement. Utilise ton temps passé en tant que groom dans les écuries pour devenir un meilleur homme de cheval. Pose les questions qui ont même l’air stupides. Dans le pire des cas tu auras juste l’air idiot, mais dans le meilleur des cas, tu tomberas peut-être sur quelque chose qui pourrait sauver la vie d’un cheval.

Palefrenier et conditions de travail

Il y a une chose importante à savoir dans le monde du cheval, et dont on ne parle pas assez, c’est de trouver un travail dans un environnement favorable pour l’employé. Cela peut demander un peu de connaissances, de contact et de culot pour trouver la bonne écurie. Tu dois travailler pour des gens que tu respectes et dont tu veux apprendre d’eux.

En fonction du pays où tu veux aller, lorsque tu travailles en tant que groom ou palefrenier les contrats de travail sont parfois variables. Apprends la différence entre un groom indépendant ou freelance et un employé. Renseigne toi bien aussi sur le type de contrat que te propose l’employeur. Parfois cela est appelé stage ou apprentissage dans le but de contourner certaines lois du travail et payer moins de taxes. Par contre, tant que le salaire est satisfaisant, ne te focalise pas trop sur le contrat lui-même, tu peux parfois tomber sur des opportunités de travail en or. Au pire, au bout de quelques années de travail, tu pourras toujours renégocier ton contrat.

Il faut surtout que cela soit bien clair au niveau du salaire, des horaires de travail et éventuellement des heures supplémentaires. Sois également sûr que ton employeur te fournit une assurance médicale. En France et dans la plupart des pays d’Europe, je sais personnellement que les employés sont généralement bien assurés. Cela va couvrir les frais médicaux en cas d’accident de travail et même payer le salaire perdu. Cela protège aussi l’employeur. Sans ces garanties, ton travail et ton salaire peuvent être perdus avec un bête accident.


Devenir un groom professionnel peut t’emmener de ton jardin aux plus belles pistes du monde (comme Aix-la -Chapelle, Spruce Meadows, La Baule entre autres!), cependant, cela n’arrivera pas sans une grosse dose de travail acharné et une énorme dédication. Par contre, à la fin de la journée, ça en vaut la peine (encore plus que ça quand tu gagnes!). Souviens toi : plus tu en fais et plus tu vas en recevoir.