You are currently viewing Longer un Cheval – 10 Erreurs à ne pas faire

Longer un Cheval – 10 Erreurs à ne pas faire

Le travail à la longe est un excellent moyen pour les chevaux de faire de l’exercice et de se muscler. Mais il est facile de prendre de mauvaises habitudes. Vérifiez si vous commettez ces erreurs et apprenez à les corriger.

En tant que cavalier professionnel, le travail à la longe est une compétence indispensable que je pratique souvent. Le principe de la longe peut sembler simple: il suffit de faire tourner le cheval en rond autour de soi, non ? Mais c’est en fait beaucoup plus technique que cela. J’observe fréquemment des erreurs de longeurs qui peuvent avoir des conséquences très dangereuses. Les accidents à la longe peuvent avoir pour conséquence qu’un cheval s’éloigne de son maître ou s’emmêle dans l’équipement. Le matériel peut se briser, et plus encore. Cela peut se traduire par une expérience traumatisante qui diminuera la confiance entre le cheval et son dresseur.

Pour longer un cheval en toute sécurité, évitez ces 10 erreurs courantes.

1 – Minimiser sur l’équipement de sécurité

Portez TOUJOURS des gants. Pourquoi ? Parce que les gants ne sont pas chers et que les brûlures de longe font mal! Je recommande même le port d’un casque pendant le travail à la longe, tout comme pour le travail à cheval. La complaisance n’est jamais une bonne idée lorsqu’il s’agit de travailler avec des chevaux.

2 – Utiliser un licol

A la longe, utilisez de préférence un caveçon au lieu d’un filet ou d’un licol. Surtout si vous voulez longer sans enrênement. De cette façon, si votre cheval fait des bêtises, vous ne tirerez pas accidentellement sur la bouche ou ne casserez pas votre licol. Le caveçon place la longe sur le chanfrein plutôt que sous la tête ou au mors. Le changement de pression permet une communication plus claire grâce à de légers signes avec la longe.

caveçon pour longer un cheval
Modèle de caveçon. Disponible sur Horse-Academy Shop

3 – Ne pas attacher les rênes

Si vous ne disposez pas d’un caveçon et que vous devez utiliser votre filet, veillez à toujours bien fixer les rênes. Je fais tourner mes rênes sous l’encolure du cheval jusqu’à ce qu’elles ne se tordent plus, puis je les fixe à l’aide de la sous-gorge. Moins votre équipement est lâche, mieux c’est. Vous pouvez aussi retirer les rênes du filet avant de longer tout simplement.

4 – Oublier la chambrière

Vous devez utiliser une chambrière avec un long fouet pour vous assurer que votre cheval reste sur un grand cercle sans que vous ayez à lui courir après. Gardez en permanence la chambrière dans la main – vous pourriez avoir besoin de l’utiliser au cas où votre cheval envahirait votre espace pendant la longe. Il vaut mieux avoir la chambrière avec soi et ne pas s’en servir plutôt que de ne pas l’avoir quand on en a besoin!

5 – Laisser traîner la longe

Gardez toujours votre longe organisée en boucles égales et ne l’enroulez jamais autour de votre main. Ne laissez jamais votre corde de longe toucher le sol, car vous risqueriez d’emmêler les pieds de votre cheval ou les vôtres dans la longe.

inscription entre cavaliers

6 – Laisser le cheval entrer dans votre espace

Vous devez insister pour que votre cheval respecte votre espace lorsque vous longez. Ne vous éloignez pas de lui. Utilisez plutôt votre longe vers son épaule et affirmez votre position par votre langage corporel (comme vous le feriez en manipulant votre cheval à d’autres moments). Votre cheval doit respecter votre espace personnel et votre chambrière, sans en avoir peur.

Si vous travaillez avec un cheval qui se met sur la défensive ou devient même agressif, gardez une distance de sécurité et ne le poussez pas. Vous devrez continuer à travailler pour établir les bases d’un respect général, mais il est important de le faire en toute sécurité. Un grand cercle fiable est essentiel pour que le cheval puisse trouver son équilibre et construire une régularité dans son allure et son rythme. Tout en vous donnant à tous les deux l’espace nécessaire pour vous sentir à l’aise.

7 – Ne pas avoir une bonne position

Votre position à la longe reflète votre position à cheval. Vos hanches doivent être orientées vers votre cheval, vos mains doivent être souples mais prêtes, vos coudes doivent être près du corps, vos pouces vers le haut et vos pieds doivent servir de guide (dans ce cas, avec un pied fermement planté) pour construire une bonne géométrie.

8 – Ne pas changer de main

Vous devez changer de main souvent en longeant, ce qui peut être pénible. Alors profitez des ajustements d’équipement ou d’enrênement pour changer de main. Ne restez jamais plus de 10 minutes sur un même côté et changez fréquemment d’allure pour stimuler l’esprit de votre cheval.

9 – Alterner les commandes avec la voix

Je fais en sorte de toujours rester cohérent dans les mots, le ton et le son lorsque je donne et répète des ordres. Par exemple, lorsque je veux que mon cheval passe à une allure plus rapide, je dis le mot « trot » ou « galop », en commençant toujours par un ton grave et en terminant par un ton plus aigu.

10 – Vouloir en faire trop, trop tôt

Si vous ou votre cheval êtes novices en matière de longe, il est préférable de développer vos compétences dans un espace clos. Je vous suggère de commencer par le rond de longe, puis de passer à un manège fermé plus grand. Le travail à la longe demande beaucoup de coordination et il faut du temps pour bien le maîtriser.

travail à la longe cheval

Autres conseils pour longer un cheval

Lorsque je longe mon cheval, j’essaie de le maintenir sur un cercle de 20 mètres environ, surtout si je lui demande de faire autre chose que du pas. En général, je longe environ 30 minutes au total, pour éviter l’ennui.

Les rênes latérales sont un excellent outil pour encourager votre cheval à utiliser son dos lorsqu’il se déplace. Si vous n’avez pas de matériel spécial pour longer un cheval, vous pouvez très bien utiliser des rênes allemandes que vous attachez sur les côtés du surfait. Personnellement, c’est ce que j’utilise le plus souvent. Je longe presque toujours mon cheval avec des rênes latérales, sinon il ne fait que de l’exercice cardio plutôt que de renforcer ses muscles dorsaux et d’améliorer son équilibre. Si vous n’êtes pas familier avec les rênes latérales, je vous conseille de demander d’abord l’aide d’un professionnel.

Je longe mes chevaux plusieurs fois par semaine pendant quelques minutes en guise d’échauffement avant de monter. Ou bien pendant plus longtemps si je n’ai pas le temps de monter. Le travail régulier à la longe présente de nombreux avantages : cela me donne le temps de me rapprocher de mon cheval, lui permet de travailler un moment sans avoir à me porter et me donne l’occasion de vérifier qu’il est sain. La pratique régulière de la longe permet également d’entretenir la compétence, de renforcer votre relation avec votre cheval et de former votre œil à sa manière de bouger.

C’est une bonne idée de mettre des protections (telles que des guêtres ou des bandes de polo) à votre cheval pour le travailler à la longe. Il s’agit d’un moyen peu coûteux de prévenir les blessures s’il s’écorche les membres en se déplaçant sur le cercle.

Ne faites jamais claquer votre fouet. Le son aigu peut rendre votre cheval et les autres chevaux autour de vous nerveux. Il est préférable de vous entraîner à toucher doucement l’arrière-train de votre cheval à l’aide d’une chambrière à long fouet. Cela permettra d’engager son arrière-train et de soulever son dos pour un meilleur équilibre.


N’oubliez pas que la longe n’est pas une forme de punition. Il est important de savoir que les chevaux vivent dans l’instant présent et ne comprennent pas le concept de punition comme nous le faisons. L’objectif du travail à la longe est d’améliorer la condition physique et l’équilibre du cheval tout en vous permettant d’observer ses mouvements et sa santé.