You are currently viewing Travail à la longe

Travail à la longe

Le travail à la longe ne doit pas être ennuyeux pour vous ou votre cheval. Voici quelques méthodes intéressantes pour enrichir votre programme de longe!

Vous pouvez l’aimer ou le détester. Vous pouvez penser que cela n’a rien à voir avec vos propres activités équestres. Mais presque partout où vous allez dans le monde du cheval, vous verrez des chevaux faire des cercles. Chevaux de dressage, chevaux de plaisir western, chevaux de loisir, poneys et mules – tous les types de chevaux, dans toutes les disciplines, apprennent généralement à tourner à la longe. Mais en quoi consiste réellement cette pratique? A-t-elle une réelle valeur, et si c’est le cas, comment pouvons-nous tirer le meilleur parti de cet exercice avec notre cheval ?

Il est difficile de déterminer avec précision les origines du travail à la longe des chevaux. Mais jusqu’à ces dernières années, cette technique était plus courante dans les disciplines anglaises. La longe est généralement considérée comme une corvée de plus, quelque chose qu’il faut faire pour détendre le cheval avant de monter. Il n’est pas rare que les chevaux particulièrement  » chauds  » aient besoin d’une bonne demi-heure de longe pour rester gérables sur la piste!

Observations sur le travail à la longe classique

Alors que tous les chevaux bénéficient d’un bon conditionnement physique, le travail à la longe traditionnel ne contribue que très peu au conditionnement de leur mental. Les chevaux peuvent devenir plus forts physiquement en tournant en rond, mais beaucoup d’entre eux restent mentalement détachés ou confus simplement parce qu’on ne leur demande pas grand-chose. Si ce n’est d’avancer dans les deux sens, d’atteindre leurs objectifs d’entraînement cardiovasculaire ou de dépenser un excès d’énergie. Ensuite, ils ont terminé et passent à autre chose.

Si l’on considère que la direction la plus facile à suivre pour un cheval est en avant, et que la fuite face à la peur est le principal mécanisme de survie des animaux de proie, la vue d’une personne faisant marcher un cheval à la longe ressemble à celle d’un prédateur talonnant sa proie. J’ai même parfois vu le longeur faire presque autant de cardio que le cheval pendant la séance, les deux finissant en sueur et parfois dans la frustration si les choses ne se passaient pas correctement.

Sachez que cette observation n’a pas pour but d’être critique. J’ai reçu la même instruction traditionnelle pour le travail à la longe des chevaux, et je l’ai utilisée pendant de nombreuses années. C’est ce que je savais à l’époque, et mes chevaux étaient assez impressionnants dans leur niveau de forme. Ce que je ne savais pas, c’est que ce temps pouvait également être consacré au développement de la forme mentale du cheval. Avec des séances que le cheval et moi-même pouvions attendre avec impatience!

inscription entre cavaliers

Ajoutez de l’intérêt au travail au sol du cheval

Lorsque j’effectue une séance de travail au sol avec un cheval, j’aime à penser que j’ai une interaction ou que j’engage une conversation avec lui. C’est le moment pour moi de voir comment il se sent ce jour-là et d’observer comment il bouge. Je peux commencer par un cercle (en longe), puis ajouter un changement de direction, le faire reculer, le déplacer latéralement, le diriger au-dessus d’un objet, d’un poteau ou d’un petit saut, déplacer l’arrière-train et repartir dans une autre direction. Puis je peux essayer de marcher avec le cheval ou de rester sur place pendant qu’il tend la longe à la distance que je choisis. Je peux le faire reculer entre deux objets, sous une bâche suspendue, à travers de l’eau ou autour de buissons, ou en le dirigeant dans la nature.

Je peux imaginer les gens dire : « Mais pourquoi? » Si le simple fait de rester à la longe sur un cercle est difficile, pourquoi diable ajouter des variations à l’exercice? Il y a deux raisons valables. Premièrement, les chevaux sont comme nous – ils se lassent de l’exercice et finissent par prêter attention à tout sauf à nous! Deuxièmement, en orchestrant le mouvement du cheval en direction et en vitesse avec des transitions variables, il devient plus attentif car cela démontre les qualités de leadership que l’on trouve dans la dynamique de troupeau.

Développer des qualités de leadership

En observant des chevaux en groupe, nous pouvons observer l’interaction entre les chevaux de tête qui se déplacent et se positionnent parmi les autres pour provoquer le mouvement. Il est important de reconnaître que cette dynamique de troupeau permanente (elle ne s’arrête jamais) crée l’harmonie et la confiance au sein du groupe en renforçant le rôle de leader de certains individus. C’est également un mécanisme de survie essentiel pour les chevaux.

Les chevaux sont conçus par nature pour suivre les individus qui dirigent efficacement le mouvement du troupeau. Un lien mental se forme lorsqu’un cheval observe chacun de nos mouvements – non pas par peur, mais par pur intérêt – tout comme il reste attentif à chaque mouvement des leaders de son troupeau.

Lorsque nous prenons le temps de conditionner à la fois le corps et l’esprit d’un cheval, les compétences au sol deviennent un défi intéressant qui va bien au-delà de la simple corvée consistant à le détendre avant une séance. Par nature, chaque cheval est capable de s’attacher à ces leaders bienveillants qui gagneront toujours leur confiance, leur loyauté et leur volonté, quelle que soit l’activité que nous leur demandons.

La sécurité du cavalier d’abord

Comme pour toute approche visant à façonner le comportement des chevaux, la sécurité est la priorité absolue! Je ne saurais trop insister sur ce point. Si vous ne vous sentez pas en confiance à un moment donné lorsque vous essayez les techniques décrites dans cet article, faites appel à un professionnel qui comprend cette approche et qui prendra le temps de vous aider, vous et votre cheval, à atteindre un stade où vous vous sentirez suffisamment en confiance pour prendre le relais.

Le travail à la longe se transfère au travail à cheval

Un autre avantage précieux du développement des compétences au sol est que nous développons davantage le « toucher » de nos mains, qui sera transféré aux rênes lors de l’équitation. L’école d’équitation espagnole de Vienne, en Autriche, utilise depuis des générations des techniques de longues rênes pour apprendre aux élèves à communiquer efficacement avec leurs mains avant même de monter le plus gentil des chevaux d’école.

travail à la longe, travail à cheval

Une fois à califourchon sur un animal de proie de 600 kg en mouvement, il est beaucoup plus difficile de prendre conscience de l’efficacité de nos mains et de les utiliser. Surtout lorsque le cheval ou le cavalier – ou les deux – sont désorientés! Étant donné que chaque transition de mouvement au sol se traduit par ce qui sera demandé au cheval une fois monté, l’équitation devient une extension supplémentaire de la communication déjà établie au sol. Il n’est pas rare que les gens déclarent qu’en développant leurs compétences au sol, leur cheval est plus confiant et plus détendu, ce qui leur permet de ressentir la même chose. Même les personnes qui ont une peur extrême de l’équitation sont capables de retrouver leur confiance dans les chevaux, avec des résultats durables.


Si vous souhaitez développer vos compétences au sol avec votre cheval, je vous recommande de suivre un enseignement qualifié auprès d’une personne formée à ces techniques. Livres, audios, vidéos, DVD, vous pouvez trouver de nombreux supports éducatifs sur le sujet par de nombreux auteurs très compétents. Entre Cavaliers fera sûrement un de ces jours une sélection des meilleurs ouvrages pour vous aider à choisir!