You are currently viewing Enfants et chevaux, 6 conseils d’apprentissage

Enfants et chevaux, 6 conseils d’apprentissage

  • Post category:Divers
  • Reading time:7 mins read

Les chevaux sont de merveilleux compagnons pour les enfants et vice versa! La clé est de bien les préparer en leur inculquant quelques précautions de sécurité et techniques de manipulation de base.

Il peut être très amusant d’apprendre aux enfants à manipuler et à dresser leurs chevaux. Et sans vouloir offenser les adultes, c’est parfois plus facile! La plupart des enfants qui se passionnent pour les chevaux sont généralement avides d’apprendre et prêts à tout essayer. Cette bravoure autour des chevaux leur permet de progresser plus rapidement dans l’équitation en général.

Enseigner aux enfants, c’est un peu comme travailler avec de jeunes chevaux. Ils sont une ardoise vierge et sont naturellement curieux. De plus, les enfants n’ont généralement pas les mauvaises habitudes que les cavaliers peuvent prendre avec le temps. La création d’un programme d’équitation amusant et éducatif, et l’aide d’un entraîneur qualifié, permettront de jeter les bases de l’avenir de votre enfant avec les chevaux.

inscription entre cavaliers

Il existe de nombreux facteurs à prendre en compte lorsqu’il s’agit d’enseigner l’équitation à des enfants. Mais voici six des conseils que je considère comme les plus importants.

#1. Assurez la sécurité des enfants et des chevaux 

C’est toujours la priorité numéro un! La première chose que nous enseignons à un jeune cavalier lorsqu’il monte en selle (ou à tout cavalier débutant d’ailleurs) est l’arrêt sur une rêne. Il s’agit du moment où le cavalier tire sur une seule rêne et où le cheval tourne la tête d’un côté. Le nez du cheval doit pouvoir toucher la botte du cavalier, et le cheval doit s’arrêter complètement. Cette technique doit être enseignée et pratiquée régulièrement des deux côtés, au pas, au trot et éventuellement au galop.

L’arrêt sur une seule rêne est en fait comme le frein d’urgence de votre voiture. C’est le geste à faire si les choses deviennent incontrôlables, que le cheval s’effraie, s’enfuit, qu’une rêne se casse, etc. Un cheval peut facilement échapper à la pression du mors de filet si une personne tire sur les deux rênes pour s’arrêter, surtout parce que les enfants ne sont pas aussi forts. Cependant, un cheval à qui l’on a appris à s’arrêter sur une seule rêne est généralement assez facile à maîtriser en cas de problème. Lorsqu’un jeune cavalier sait qu’il peut arrêter un cheval rapidement et facilement, cela lui donne confiance et lui permet de se sentir en sécurité en selle.

#2. Aidez les enfants à développer leur confiance en eux à cheval

Plus un enfant devient un bon cavalier, plus il prend confiance en lui. Il a le sentiment de maîtriser la situation et d’être capable de faire face à toute situation. Pour développer ses compétences, un enfant doit constamment progresser sans sauter d’étapes dans son apprentissage équestre. Par exemple, un jeune peut être à l’aise au trot mais pas au galop. Dans ce cas, allez dans le rond de longe pour travailler le galop où il y a moins d’espace et où le cheval ne peut pas s’enfuir. Ensuite, dans le manège, commencez par lui faire faire juste une longueur au galop et l’autre au pas. Puis encore une fois. Progressivement, demandez au cavalier de faire un tour complet au galop avec le cheval. Une fois qu’ils sont à l’aise dans le manège, ils peuvent travailler le galop dans un espace plus grand, comme la carrière.

Un autre moyen de renforcer la confiance d’un enfant est de lui faire franchir des obstacles. Choisissez des obstacles faciles pour commencer, comme une barre au sol, un couloir de barre ou un slalom. Progressez jusqu’à franchir un obstacle plus haut, plus difficile ou plus impressionnant. C’est un bon moyen de s’entraîner à l’inconnu dans un environnement relativement prévisible.

enfant à cheval

#3. Gardez les choses intéressantes

En tant qu’entraîneur ou moniteur, il faut trouver un juste équilibre entre enseignement et jeux. Les parties de l’équitation que les enfants doivent connaître et celles qu’ils veulent connaître. S’il n’en tenait qu’à eux, la plupart des enfants voudraient probablement s’amuser à cheval, faire des courses ou sauter des obstacles dès leur deuxième leçon. Il est évident qu’ils ont besoin d’une bonne base d’équitation avant d’en arriver là. Cependant, ils doivent aussi s’amuser et prendre plaisir à monter à cheval, sinon ils ne s’y tiendront pas.

Il peut être intéressant de planifier une leçon en commençant par des exercices d’échauffement. Puis en passant aux parties plus techniques de l’équitation et de l’entraînement. Enfin, en se concentrant sur les choses amusantes qu’ils aiment en fin de leçon. C’est une excellente façon de terminer sur une bonne note et de faire en sorte que les jeunes cavaliers attendent avec impatience la prochaine fois.

Le stéréotype de l’entraîneur d’équitation grincheux qui crie sans cesse « Baissez les talons! » peut être efficace pour former un bon cavalier. Mais cela ne servira à rien si l’enfant n’aime pas ce qu’il fait et ne veut pas continuer à faire de l’équitation. Les enfants montent à cheval parce que c’est amusant, et c’est une erreur de l’oublier.

#4. Fixez des objectifs proches et réalisables

La plupart des enfants ne seront probablement pas très intéressés par le fait d’entendre que s’ils s’entraînent dur, cela leur servira dans cinq ou dix ans. Ils ont besoin de se fixer des objectifs qu’ils pensent pouvoir atteindre dans un avenir proche. La pratique et l’entraînement, même pour une compétition insignifiante, donnent aux jeunes un but à atteindre. Cependant, les concours ne sont pas obligatoires. Fixer de petits objectifs d’entraînement et organiser des mini-compétitions peut avoir le même effet. Installez un petit parcours d’obstacles et chronométrez ou notez les enfants lorsqu’ils le font. Voyez ensuite s’ils peuvent faire mieux la fois suivante. Ce type d’entraînement permet également de mettre en évidence les points forts et ce qui peut être amélioré.

#5. Laissez les enfants monter différents chevaux

Il est très fréquent de voir des cavaliers qui sont très bons sur leur propre cheval, mais très mal à l’aise sur un autre. Lorsqu’un cavalier est jeune, il est beaucoup plus facile pour lui d’avoir une impression générale des chevaux, alors profitez-en. Plus un enfant a la possibilité de s’occuper et de monter différents chevaux (à condition qu’ils ne présentent aucun danger), plus il s’améliorera. Il développera plus facilement un sentiment avec les chevaux, ce qui est très difficile à acquérir plus tard.

enfants et poneys

#6. Laissez les enfants expérimenter d’eux-mêmes 

Bien qu’il puisse être tentant de tout structurer, les enfants doivent avoir la possibilité d’essayer différentes choses avec leurs chevaux et leur équitation. Comme essayer différentes disciplines. Certaines passions peuvent alors se révéler. Faire de l’équitation avec des amis, aller en balade seul (sous surveillance éloignée bien sûr) et simplement avoir le temps de jouer avec leurs chevaux les aidera à développer une passion. Ce qui, après tout, est la raison pour laquelle nous sommes tous dans le milieu du cheval en premier lieu.


J’espère que cela vous donnera quelques idées pour enseigner l’équitation aux enfants. Le plus important, faites en sorte qu’ils soient en sécurité et qu’ils s’amusent!