La pratique de l’équitation western a était développé par les cow-boys dans les ranchs qui devaient travailler le bétail dans le 19ème siècle. Ils devaient avoir un équipement adapté qui leur permettait de contrôler rapidement et efficacement leur cheval, et également de pouvoir rester des journée entière à cheval dans des terrains difficiles. Les chevaux western étaient entraîné à être dirigés d’une seule main, ainsi le cow-boy était libre de pouvoir utiliser un lasso, un corde ou une arme de l’autre.

Pour le travail, les cow-boys ont donc créé leur propre forme de dressage et ont mis en avant les qualités de maniabilité, de compétence et de vitesse qui étaient évidentes chez le cheval western. Afin d’améliorer le dressage, de nombreuses épreuves et compétitions ont été créées et celles ci définissent désormais le sport moderne de l’équitation western.

chevaux et cow-boys

Dans cet article, nous allons tout d’abord aborder l’histoire et les origines de l’équitation western. Ensuite nous allons voir l’ensemble des épreuves western qui existent de nos jours dans les compétitions d’équitation western, des épreuves de rodéo, au épreuves de roping, en passant par le reining. Puis nous allons développer un peu plus les caractéristiques des cavaliers et chevaux western ainsi que les différences avec l’équitation traditionnelle. De plus, nous avons également fait une sélection des meilleurs ouvrages que vous pouvez trouver sur l’équitation western.

Histoire et Présentation

1. Origines de l’équitation western

Depuis des millénaires, les hommes et les chevaux ont travaillé et évolué ensemble. De nos jours, les chevaux sont majoritairement utilisés pour le loisir et le sport et de moins en moins comme chevaux de travail. Mais il n’y a pas si longtemps encore, ils étaient indispensables pour réaliser bien des travaux.

Les entraîneurs et les cavaliers ont rapidement remarqué que la meilleure manière de monter était de travailler avec le mouvement du cheval et de trouver un bon équilibre.

Les cavaliers espagnoles ont développé une équitation avec une selle robuste composée d’un haut troussequin et des étriers qui leur permettait d’avoir une position à cheval sécurisée même en portant une lourde armure. Les premières versions de leur équipement s’appelait la selle de guerre espagnole et ne sont pas tant différentes que cela des selles utilisées en équitation western de nos jours.

abonnement entre cavaliers

Les Conquistadors espagnoles et portugais ont emmenés avec eux leur équipement et leur style d’équitation en Amérique lorsqu’ils traversèrent l’océan au 16ème siècle. Les cow-boys mexicains ont également un style d’équitation semblable qui devint beaucoup plus populaire après la guerre américano-mexicaine de 1848.

Les espagnoles et les mexicains qui avaient l’habitude de travailler le bétail avec leurs chevaux, trouvaient que la structure de cette selle était également excellent pour leur travail. La selle permettait de maintenir un lasso et des outils et aussi d’attacher une corde lors de la manipulation du bétail. Les étriers descendent très bas, ce qui permettait aux cavaliers de rester confortablement à cheval pendant des heures. Logiquement et progressivement, cette équitation évolua en l’équitation western moderne que l’on connait.

Vous pouvez vous demander : Pourquoi équitation western et non pas équitation américaine? Tout simplement parce que à cette époque, la société civilisée en Amérique se trouvait sur la côte Est où ils montaient toujours leurs chevaux « à l’anglaise », l’équitation traditionnelle qui a traversé l’Atlantique en même temps qu’eux depuis l’Angleterre. Pour ces gens de chevaux, ce qui se passait de l’autre côté du continent, sur la côte Ouest (West en anglais), était l’équitation de type western, avec des chevaux western.

cow-boy convoitant un troupeau

2. La pratique du western de nos jours

Les selles utilisées sont encore généralement assez lourdes et volumineuses, bien que les selles modernes soient parfois fabriquées avec une base en synthétique pour une manipulation plus légère. En compétition, les selles sont généralement en cuir, mais des tissus naturels et synthétiques sont parfois utilisés pour l’entraînement, le sport et le loisir. Les selles western utilisées pour attraper le bétail possèdent toujours une corne et beaucoup de cavaliers aiment avoir une corne sur leur selle, même s’ils n’utilisent pas de corde. Pour les épreuves de rodéo et l’équitation western de loisir, les selles modernes ne possèdent pas de corne.

Depuis toujours, les cavaliers d’équitation western utilisent des filets avec ou sans mors, bien que les filets sans mors étaient plus populaires chez les Amérindiens et que les filets avec mors étaient plus utilisés chez les européens-américains.

En équitation western, il existe aussi différents styles d’utilisation des rênes. Les pionniers américains utilisaient les deux styles : le contact direct et le contact de l’encolure.

Le contact directe correspond à lorsque le cavalier effectue le contact directement sur le chanfrein ou la bouche de son cheval avec l’aide des rênes.

Le contact de l’encolure était majoritairement utilisé par les cow-boys qui devaient travailler rapidement avec du bétail et devaient entraîner leurs chevaux à réagir immédiatement lors d’une simple pression de la rêne sur l’encolure. Ce style d’utilisation des rênes est extrêmement pratique lorsque le cavalier doit avoir une main libre pour pouvoir utiliser une corde, une arme ou un outil.

Les cavaliers d’aujourd’hui peuvent faire une grande distinction entre l’équitation classique dite anglaise et l’équitation western. Bien que les selles et l’équipement soient bien différents, il n’y a pas tant de différences que cela entre les deux styles d’équitation. Contrôler son équilibre et celui de son cheval tout en l’accompagnant dans ses mouvements est extrêmement important que vous utilisiez une selle western, anglaise ou pas de selle du tout.

cavalier western dans la nature

3. Livres d’équitation western

Il existe de nombreux livres et guides sur l’équitation western, de nombreux instructeurs et maîtres de la discipline ayant partagés leur savoir par écrit. Entre Cavaliers à sélectionné pour vous les meilleurs et les plus populaires livres sur l’équitation western. Que vous débutiez seulement la pratique de la discipline ou que vous soyez déjà un compétiteur expérimenté, vous trouverez certainement des ouvrages qui vont intéresseront.

L'équitation western. Des bases aux premiers galops

L’équitation western. Des bases aux premiers galops

Auteur : F. Duthoit, B. Rainero
Editeur : Belin

Manuel d'équitation western

Manuel d’équitation western

Auteur : Lyne Laforme
Editeur : Actes Sud

Apprendre l'équitation Américaine

Apprendre l’Équitation Américaine – Par la méthode Dollivan

Auteur : Philip Navillod
Editeur : American Horse Riding Academy


Ray Hunt et Pat Parelli sont parmi les plus célèbres et les plus grands maîtres d’équitation western en Amérique et dans le monde. Le premier étant également à l’origine une source d’inspiration pour le second. Grâce à leur équitation, leurs méthodes, leurs secrets, ils ont bouleversé et révolutionné les pratiques traditionnelles dans le monde de l’équitation. Ils ont développé une relation avec le cheval à travers une approche en douceur du travail du cheval qui le respecte dans sa nature profonde. Pour ceux qui souhaitent améliorer la connexion avec leur cheval, leurs livres sont alors indispensables.

L'homme et le cheval en harmonie

L’homme et le cheval en harmonie

Auteur : Ray Hunt
Editeur : Actes Sud

Pat Parelli Natural Horse-Man-Ship

Natural Horse-Man-Ship

Auteur : Pat Parelli
Editeur : Zulma

Les grands maitres de l'équitation américaine

Les grands maîtres de l’équitation américaine

Auteur : Natalie Pilley-Mirande
Editeur : Zulma


Les disciplines en Équitation Western

Il existe de nombreuses épreuves diverses et variées en équitation western. Certaines épreuves sont plus répandues que d’autres en compétitions et elles ont toutes leur propre règlement. Nous pouvons classer ces différentes épreuves en plusieurs catégories qui sont :

  • Gymkhana : ces épreuves sont focalisées sur la précision et la vitesse, comme le barrel racing, le keyhole racing, le flag racing, et le pole bending entre autres.
  • Ground work : le ground work, ou « travail au sol », concerne les épreuves en main.
  • Dry work : cette catégorie regroupe les épreuves à cheval sans bétail, comme le western pleasure, le trail ou encore le reining.
  • Cow work : cette catégorie regroupe les épreuves à cheval avec bétail, comme le cutting, le working cow horse ou le team penning.
  • Rodéo : dans les compétitions de rodéo, les cow-boys ont l’opportunité de prouver leur talent de cavalier à travers différentes catégories d’épreuves. Chaque catégorie va mettre en avant une compétence précise.
  • Roping : cette catégorie d’épreuve va mettre en avant l’utilisation du lasso et de cordes, comme par exemple le tie-down roping, le team roping ou le calf roping.

1. Compétitions de Gymkhana

En compétition, les épreuves de gymkhana en équitation western sont nombreuses, je vais en présenter certaines plus en détail ci-dessous.

Le barrel racing

La course de barils en français est certainement la plus répandue et la plus connue. Dans cette épreuve, il s’agit uniquement de vitesse. Le chronomètre se déclenche dès que le cavalier entre en piste et s’arrête lorsqu’il franchit la porte de sortie. Le cavalier et son cheval doivent dessiner un tracé en forme de trèfle autour de trois barils disposés en triangle dans la piste puis ils doivent ressortir le plus vite possible.

Le keyhole racing

Le trou de serrure en français, le cavalier doit réaliser un parcours marqué à la craie le plus vite possible. La ligne de départ se trouve juste avant ce parcours et la ligne d’arrivée juste après afin de chronométrer les concurrents.

Le pole bending (slalom)

L’épreuve du pole bending, ou slalom en français, est sans doute la plus technique des épreuves de cette catégorie. Les cavaliers avec leur cheval doivent réaliser un parcours de slalom entre une ligne de six bornes espacées de 6,40 mètres les unes des autres. L’objectif est d’avoir le temps le plus rapide, sans faire tomber une seule des bornes.

Le flag racing

En français, le drapeau. Cette épreuve ressemble beaucoup au barrel racing avec trois barils disposés en triangle, cependant, les cavaliers doivent porter un drapeau avec eux qu’ils déposent dans un baril, et ils doivent récupérer ensuite ce drapeau dans le baril.

barrel racing, course de barils

2. Compétitions de Dry Work

Le reining

Le reining est comparable au dressage de l’équitation western. L’objectif des compétitions de reining est la précision. Les cavaliers doivent guider leurs chevaux dans des figures très précises comme des cercles, des pirouettes ou des arrêts.

Lorsque les juges doivent délibérer, ils se focalisent sur la volonté du cheval et la facilité avec laquelle il répond aux aides subtiles du cavalier. Comme de nombreuses épreuves d’équitation western, le reining a ses origines depuis les cow-boys d’Amérique de l’Ouest qui avaient besoin de chevaux qui répondaient rapidement et précisément lorsqu’ils devaient travailler avec du bétail.

Le western pleasure

Les épreuves de western pleasure consistent à démontrer qu’un cheval est un plaisir à monter. Les juges recherchent les allures les plus lentes et les plus confortables, mais aussi un cheval très sensible aux aides du cavalier. Les couples vont simplement devoir se déplacer aux trois allure, pas, trot, galop, et seront jugés et notés sur celles-ci.

Le horsemanship

Dans les épreuves de horsemanship, les cavaliers vont devoir réaliser un parcours présenté seulement quelques heures plus tôt. Ils vont être jugés sur leur qualité d’équitation et l’harmonie avec leur cheval. Dans cette épreuves, les compétences du cavalier vont être mises bien plus en avant que celles du cheval. La position du cavalier, l’attitude et la discrétion des aides vont être les facteurs déterminants.

Le western riding

La figure principale de l’épreuve du western riding va être les changements de pied au galop. A l’inverse du pole bending, il ne s’agit pas d’une épreuve de vitesse, mais les cavaliers vont être jugés sur la réactivité de leur cheval, la qualité des changements de pied, la qualité globale des allures, la précision et le style.

Le trail

Dans les épreuves d’équitation western de trail, les cavaliers vont devoir réaliser un parcours d’obstacles naturels. Les parcours tentent de reproduire certains des défis naturels qu’un cavalier pourrait rencontrer à cheval dans un environnement naturel, comme des passages de porte, des slalom, des arrêts, des reculés…

cavalier de trail, équitation western

3. Compétitions de Cow Work

Dans cette catégorie d’épreuves, les couples cheval cavalier vont devoir démontrer leurs qualités à travailler avec du bétail, le plus souvent des bovins.

Le cutting

L’épreuve du cutting est originaire d’Amérique de l’Ouest lorsque les cow-boys étaient appelés par les ranchs afin de séparer leur troupeau de bovins dans le but d’isoler ceux qui avaient besoin de soins ou devaient être marqués.

En compétition, après avoir choisi un bovin dans un troupeau, le cavalier avec son cheval va donc devoir le séparer du troupeau et le garder à l’écart un certain temps. Des juges vont notés l’habileté du couple à réaliser cette tâche.

Le team penning

Dans l’épreuve du team penning, une équipe de trois cavaliers doivent travailler ensemble pour rassembler certains bovins spécifiques annoncés juste avant le début de l’épreuve. Les compétitions demandent un rythme rapide aux cavaliers et chevaux et leurs donnent la chance de démontrer leurs compétences à travailler dans une arène extrêmement agité.

Le working cowhorse

Dans les épreuves de working cowhorse, le cavalier doit effectuer une série de mouvements avec un bovin dans la piste. Certains de ces mouvements consistent à amener le bovin à tourner dans une certaine direction ou bien à exécuter des figures spécifiques au reining.

4. Compétitions de Rodéo

Le bareback bronc riding

Cette épreuve de rodéo s’agit de la monte d’un cheval sauvage sans selle. Le cavalier doit tenir sur son cheval avec une main seulement, l’autre main ne devant absolument rien toucher. Le cheval, sauvage et énervé, va se débattre violemment, le cow-boy va tenter de rester dessus pendant 8 secondes.

Le saddle bronc riding

L’épreuve du saddle bronc riding ressemble au bareback bronc riding, avec la seule différence que le cheval sera équipé d’une selle western. Cette épreuve est une des plus célèbres dans les compétitions de rodéo. Le cavalier va devoir rester sur le dos d’un cheval sauvage pendant 8 secondes en utilisant uniquement une seule main.

rodéo

Le bull riding

Dans les épreuves de bull riding, les cow-boys ne vont pas chevaucher un cheval sauvage mais un taureau. Ceux-ci sont seulement équipé de lanières en cuir et cordes qui vont l’énerver et auxquelles le cavalier va se tenir. Le cow-boy va tenter de rester sur le taureau pendant 8 seconde et en utilisant uniquement une seule de ses mains. Des juges vont noter la performance du cavalier mais aussi celle du taureau.

5. Compétitions de Roping

Les compétitions de roping en équitation western consistent, en général, à capturer un bovin au lasso. Le plus souvent, les épreuves de roping sont inspirées des cow-boys dans les ranchs lorsqu’ils devaient rattraper des veaux pour les soigner ou les marquer.

Le calf roping

Dans les épreuves de calf roping, un veau est lâché en liberté avec quelques secondes d’avance, puis le cow-boy doit ensuite le capturer au lasso, descendre pour le faire tomber et le ligoter le plus rapidement possible.

Le team roping

Les épreuves de team roping sont identiques au calf roping, avec la seule différence que les cow-boys doivent travailler en équipe de deux. Ensembles ils vont devoir capturer puis ligoter un bovin. Ils seront jugés et notés sur leur performance et leur efficacité.

calf roping, équitation western épreuve de lasso

Les chevaux et cavaliers Western

1. La selle western

L’origine de la selle western de nos jours vient de l’Amérique de l’Ouest et du Mexique lorsque la manipulation et le travail du bétail était fait principalement à cheval, et l’est encore beaucoup de nos jours.

Généralement, les selles western sont beaucoup plus lourdes et plus robustes que les selles classiques dites « anglaises », cela est dû à leur utilisation intensive par les cow-boys. Par exemple, la corne de la selle, faite en bois solide, a été créée afin de pouvoir attacher du bétail avec des cordes et doit donc pouvoir résister à de fortes tensions. Les sanglons arrières de la selle western lui sont aussi uniques et servent à tenir davantage la selle sur le dos du cheval. En effet, lorsqu’un veau attaché à la corne se débat et tire fortement sur la corde, il pourrait éventuellement désarçonner la selle du cheval.

selle western

2. Les filets western

Les différences entre les bridons ou filets à l’anglaise et ceux western se font majoritairement d’un point de vue du design et du style de l’équipement. Cependant, il existe certaines différences que l’on peut remarquer.

Sur les filets et bridons anglais, les rênes sont toujours constituées de deux lanières de cuir (ou autre matériau) attachées au mors puis attachées ensembles afin de ne faire qu’une seule rêne continue. Au contraire, les bridons western utilisent toujours deux rênes séparées. Chacune de ses rênes mesure un peu plus de deux mètres et peuvent être utilisées avec une seule ou deux mains.

filet western

Nous pouvons également remarquer une certaine différence avec les mors utilisés en équitation western. Le mors de filet le plus classique et le plus utilisé en équitation à l’anglaise est le mors simple. Bien que le mors simple soit également beaucoup utilisé en équitation western, les mors de bride et les mors à branche sont utilisés de manière plus fréquente en fonction que le cavalier et le cheval progressent dans le dressage.

3. Le style d’équitation western

Selon beaucoup, il n’existe pas tant de différences que cela entre l’équitation classique à l’anglaise et l’équitation western. Dans les deux, il faut savoir être un bon « homme de cheval » afin de vouloir progresser. Tous les bons cavaliers cherchent à communiquer efficacement avec leur cheval et ils veulent tous avoir le contrôle nécessaire de leur corps et de leur cheval afin de réaliser des mouvements, des figures de dressage ou des sauts.

Il existe de nombreuses similarités entre l’équitation à l’anglaise et l’équitation western. Prenons par exemple le trot enlevé. Par reflexe, nous pouvons croire que les cavaliers classiques font du trot enlevé et que les cavaliers western font du trot assis. Cela est loin de la vérité. Beaucoup de cavaliers classiques travaillent leurs chevaux au trot assis, particulièrement les cavaliers de dressage mais aussi d’obstacles ou des autres disciplines. De plus, tous les cavaliers devraient apprendre à trotter enlevé, peu importe la discipline équestre, et être confortable au trot enlevé lorsque le cheval allonge le trot. Cela est meilleur et plus agréable pour le cheval, et donc pour le cavalier également.

En équitation western, les chevaux ne trottent pas ou ne galopent pas, ils « jog » et ils « lope ». En vérité, ce sont les termes spécifiques utilisés en western pour décrire les allures du cheval mais en fait il s’agit simplement du trot et du galop. Il s’agit de noms synonymes utilisés en anglais. Il n’y a pas de traduction en français pour ces mots, comme pour beaucoup de termes utilisés en western, par contre les cavaliers western francophones utilisent tous en général ces mots spécifiques en anglais.

En fonction de l’expérience du cheval et du niveau d’équitation du cavalier, ce dernier pourra pratiquer l’équitation western avec une ou deux mains. Le style d’équitation à une main, également connu comme le contact de l’encolure, a été développé par les cow-boys qui devaient guider leur cheval d’une main et tenir une corde ou une arme de l’autre. Dans les compétitions de western, certaines épreuves imposent aux cavaliers de ne monter qu’avec une seule main, alors que d’autres leurs autorisent d’utiliser les deux.

Bien sûr, nous allons pouvoir remarquer de nombreuses différences techniques entre l’équitation à l’anglaise et l’équitation western. D’une part avec les différences au niveau de la selle, le cavalier western aura beaucoup moins de contact avec le cheval au niveau de ses jambes. Si vous n’êtes pas habitué aux selles western, cela va vous paraître bizarre au début. D’autre part, la position du corps d’un cavalier western sera également légèrement différente. En équitation western, le cavalier va s’assoir en arrière sur ses poches arrières, en gardant les épaules au dessus des hanches. Contrairement aux cavaliers d’équitation à l’anglaise qui auront en générale une équitation plus en avant et en équilibre. Cependant, dans les deux disciplines, la position de la jambe et du pied reste la même, avec les talons descendus et juste la pointe du pied reposant sur l’étrier.

cavalier western et cavalier anglais

4. Essayer l’équitation western

Vous avez toujours monté votre cheval « à l’anglaise » et souhaitez essayer l’équitation western? Il n’y a certainement aucune raison qui vous interdisent de ne pas le faire, et d’apprécier les deux styles d’équitation. Toutefois, si vous sellez pour la première fois votre cheval avec une selle western, il faut bien faire attention à plusieurs détails :

  • Les selles western sont plus lourdes et plus larges qu’une selle traditionnelle. Elles ont de nombreuses attaches en cuir supplémentaires et différents compartiments auxquels votre cheval peut ne pas être habitué. Les premières fois, prenez donc bien le temps d’introduire la selle dans un endroit sûre et fermé pour aider votre cheval à s’acclimater et prendre confiance.
  • L’ajustement de la selle western peut aussi être différent de ce à quoi vous êtes habitué. Une des principales conditions à respecter pour un bon ajustement et de regarder sous le pommeau de la selle, il faut s’assurer qu’il y ait toujours assez d’espace entre la selle et le garrot du cheval. Une selle trop basse, trop proche du garrot risque de frotter et d’irriter le cheval.
  • Les selles western ont des éléments différents et supplémentaires comparé aux selles traditionnelles. Soyez sûr de vous familiariser avec la selle avant de l’utiliser. Par exemple, beaucoup de selles western ont un sanglon à l’arrière de la selle, en plus du sanglon traditionnel à l’avant. Dans les épreuves d’équitation western, le sanglon arrière est très important pour le maintien de la selle, par contre pour les chevaux étrangers à cet élément, cela peut lui paraître très étrange au début. Prenez donc bien le temps de familiarisez votre cheval avec le sanglon arrière, en serrant doucement et progressivement la sangle.
  • Avec une selle à l’anglaise, il n’y a pas grand chose pour s’accrocher lorsque le cheval rue ou se jette en l’air, les bons cavaliers ont donc développé le contrôle de leur corps pour maintenir en permanence un bon équilibre sur le cheval. Dans certaines situations, vous pourrez trouver cela plus rassurant d’avoir une selle western qui vous aidera à mieux tenir sur votre cheval, notamment avec les plus larges surfaces en cuir et la corne.

Les styles d’équitation et les équipements sont développés pour répondre à des besoins en particulier. Si je souhaite sauter un parcours d’obstacles avec mon cheval alors une selle d’obstacle sera plus appropriée. Si je dois travailler avec du bétail ou bien partir pour une longue randonnée dans un terrain difficile avec beaucoup de matériel à transporter, alors une selle western sera dans ce cas plus adaptée.

5. Les chevaux western

La plupart des chevaux peuvent être utilisés pour pratiquer l’équitation western, tant qu’ils en ont les capacités physiques et mentales. Ils peuvent être éduqués à cette équitation, un cheval western étant capable d’effectuer les mouvements et manœuvres de bases qui sont : le pas, le trot, le galop, l’immobilité, le reculé, le demi-tour.

Cependant, il faut admettre que les chevaux de race américaine ont une disposition particulière pour la pratique de l’équitation western. Leurs capacités physiques, leur mental idéal qui leurs permet de rester calme et concentré, répondant à la moindre sollicitation du cavalier, ces chevaux privilégiés pour la discipline sauront être sûrs et compétitifs dans toutes les épreuves western. A l’origine, avant d’être aussi des chevaux de sport, ils étaient uniquement utilisés pour le travail dans les ranchs.

cheval western pie

Il existe trois grandes races distinctes de chevaux américains : le Quarter Horse, le Paint Horse et l’Appaloosa.

  • Le Quarter Horse : Avec un physique particulièrement puissant et un mental exceptionnel, le Quarter Horse est également le cheval le plus rapide au monde sur courte distance. Il est le cheval idéal des cow-boys et présent en grande majorité dans les compétitions western. Avec son petit gabarit très musclé, il est très agile, puissant et rapide, ce qui lui permet d’exceller dans toutes les épreuves western.
  • Le Paint Horse : Ces chevaux étaient les préférés des indiens d’Amérique, très attachés et proches de leurs chevaux et également très fins cavaliers. Avec un mental froid et docile mais un physique très compact et musclé, le Paint Horse est aussi très estimé pour la pratique de l’équitation western. On le reconnait à sa robe pie particulière.
  • L’Appaloosa : Ces chevaux se distinguent des autres par plusieurs traies de caractères physiques identifiables. Le blanc de son œil est bien visible, le contour de sa bouche et de ses naseaux est marbré, et bien sûr, sa robe colorée bien particulière, marquée par de nombreuses petites tâches. C’est un cheval très rustique, avec un modèle compact et une ossature forte. Egalement doté d’un caractère froid, il est très apprécié par les cavaliers d’équitation western.